Tapis rouge pour les aides-soignants

Un arrêté, paru au JO du 3 juillet, prévoit que « les aides-soignants disposant d’une expérience professionnelle d’au moins trois ans à temps plein sur la période des cinq dernières années à la date de sélection et qui ont été sélectionnés par la voie de la formation professionnelle continue, peuvent, à la suite d’un parcours spécifique de formation de trois mois validé, intégrer directement la deuxième année de formation d’infirmier ».

Une mesure qui interpelle, sa finalité étant, à l’évidence, de rendre plus attractive la profession, quitte à ce que ce soit au mépris de la qualité de la prise en charge des patients.

Faire bénéficier les aides-soignants les plus aguerris d’une dispense totale de la première année de formation en soins infirmiers, pour ceux qui souhaitent devenir Ide, a de quoi interroger. Certes, les heureux élus devront, « pour être éligibles au parcours spécifique, être retenus par leur employeur à cette fin ». Lequel décidera, en somme, de qui est apte ou pas à briguer une telle promotion. Et donc, pour cela, à suivre une sorte de remise à niveau de trois mois.

Dès septembre 2023

Le dispositif sera ouvert dès la rentrée de septembre. Si bien que les premières intégrations en deuxième année d’Ifsi auront lieu en février 2024, une fois que les candidats auront effectué ledit cursus de trois mois. Et ce, dans les quatre régions ayant des Ifsi proposant une rentrée en février. « Davantage d’instituts rejoindront le dispositif en septembre 2024 pour permettre un déploiement progressif du dispositif avec, à terme, une cible d’environ 1 000 aides-soignants intégrant ce parcours spécifique par an », précise la DGOS. A noter que ce processus a reçu l’aval du Haut Conseil des professions paramédicales (HCPP). Au sein duquel les organisations syndicales de salariés ont pesé de tout leur poids en ce sens…

Pas la bonne manière

Envisager des évolutions de carrières, les favoriser et donner la possibilité de changer de profession est tout à fait positif. Le principe n’est pas contestable. Mais pas à n’importe quel prix. En effet, la passerelle telle que mise en place ici n’est pas faite pour contribuer à la qualité des soins. Il s’agit, en effet, de « proposer moins de deux mois de formation pour remplacer une année de cours entière, avec des matières fortes et importantes pour l’exercice infirmier. Cela nous semble très court », déplore la Fédération nationale des étudiants en sciences infirmières (Fnesi), citée par Hospimedia. Sans compter que cette ouverture intervient alors que le métier infirmier est actuellement l’objet d’une réforme tant de son contenu que de sa formation, avec l’objectif de faire monter la profession en compétence. Pour le moins paradoxale.

Bref, ce n’est ni une bonne chose ni le bon moment, déplore la FNI qui n’a même pas été consultée sur le sujet par la DGOS alors qu’elle est le premier syndicat représentatif des Idel.

Partagez cet article :

Adhérez à la FNI

Soyez maitre de votre avenir : rejoignez la Fédération Nationale des Infirmiers ! J'ADHÈRE

Trouvez votre syndicat FNI départemental

Forum National Infirmiers 2024

Le service juridique

Le service juridique de la FNI répond de façon personnalisé à vos questions juridiques et propose des consultations juridiques par téléphone. Service juridique

La Hotline Cotation Nomenclature

Interrogez les experts nomenclature pour vous aider dans vos difficultés de cotation d’actes Je contacte la hotline

La Hotline FNI Compta

Interrogez nos experts pour toute question comptable, sociale et fiscale. Je contacte la hotline

Plus à découvrir